Sensibilisation mondiale pour l’hygiène menstruelle, comment choisir les bonnes protections ?

Sensibilisation mondiale pour l’hygiène menstruelle, comment choisir les bonnes protections ?

Pour sensibiliser la société à la problématique des règles, la journée mondiale de l’hygiène pendant les menstruations a été instaurée les 28 mai de chaque année. Dans cet article, nous allons parler des types de protections menstruelles existantes puisqu’il faut bien les connaître avant de choisir ce qui vous convient le plus.

Pour prévenir les maladies infectieuses, ces différentes protections menstruelles permettent à toutes les femmes et personnes menstruées d’adopter les bons réflexes lors des jours de règles. Parler de menstruations reste encore un véritable tabou dans la plupart des communautés dans le monde. Pour de nombreuses femmes, ces périodes de règles restent difficiles et elles n’osent parfois pas en parler par peur du jugement des autres. Cependant, chacune d’entre elles a le droit d’obtenir des conseils nécessaires pour vivre au mieux ces moments récurrents ou, dans le meilleur des cas, pour se sentir confortable durant son congé menstruel.

Les protections externes

Adoptées par la majorité des femmes du monde entier, les protections externes restent encore au premier rang des préférences hygiéniques menstruelles. Quelquefois, elles sont inconfortables et peuvent entraîner un souci esthétique si jamais il y a une fuite ou quand les serviettes ne sont pas bien placées. Cependant, elles sont faciles à employer et ne présentent pas un danger pour la santé de ses utilisateurs, tel que le choc toxique.

Les serviettes hygiéniques

En fonction de votre besoin, il existe deux sortes de serviettes hygiéniques, jetables et lavables. Si vous manquez du temps pour vous occuper des serviettes lavables, qui sont d’ailleurs plus économiques et écologiques, choisissez les serviettes à jeter. En revanche, veillez à bien choisir les marques qui ne comportent pas de composant dangereux comme les pesticides et les forts odorants. Ces derniers exposent votre corps à des réactions allergiques, des mycoses voire des inflammations. Optez donc de préférence pour des serviettes hygiéniques bio.

Les culottes menstruelles

Étant des produits modernes, les culottes menstruelles se sont rapidement fait une place sur le marché des protections menstruelles. Ne représentant aucun risque d’infection ni de choc toxique, elles sont très absorbantes et peuvent remplacer les autres protections menstruelles pour faire du sport. Plusieurs marques françaises comme Jho proposent actuellement des gammes de culottes menstruelles adaptées à chaque taille, plus d’infos ici. Il faut tout simplement les changer au moins deux fois par jour et les laver convenablement.

Les protections internes

Contrairement aux protections internes, les deux premières protections citées ci-dessus ne sont pas en contact direct avec l’intérieur de vos parties intimes. Insérées dans l’organisme, les protections internes absorbent directement le sang à l’intérieur du vagin. Ainsi, elles sont beaucoup plus délicates par rapport aux protections externes si l’utilisateur ne prend pas les précautions nécessaires pendant leur emploi. Si elles ne sont pas utilisées convenablement, cela peut exposer à des risques d’infections.

La cup ou coupe menstruelle

Fabriquée en silicone, la coupe menstruelle prend la forme d’une petite coupe à insérer dans le vagin. Utilisable pendant une durée assez longue, la cup peut fonctionner pendant une dizaine d’années, ce qui la rend très économique. Toutefois, son entretien est beaucoup plus compliqué et nécessite une attention particulière. Toutes les quatre heures, elle doit être vidée, bien lavée et stérilisée. Certaines femmes négligent ces détails importants alors qu’il faut faire attention pour éviter les infections.

Le tampon

Bien connu avant les coupes menstruelles, le tampon s’introduit également à l’intérieur du vagin et beaucoup de femmes l’utilisent pour des raisons pratiques. Pour prévenir toute sorte de développement bactérien, il faut bien se laver les mains avant l’insertion ou le changement de tampon, qui doit être fréquent, à raison d’une fois toutes les quatre heures. Cependant, il est fortement recommandé de ne pas l’utiliser lors du sommeil.