Burn out et troubles anxieux : pourquoi touchent-ils davantage les femmes ?

Défini par les hautes instances médicales comme étant « un état d'épuisement physique, émotionnel et mental, résultant d'un investissement prolongé dans des situations de travail exigeantes émotionnellement », le burn out est un mal contemporain dont il est fréquemment question depuis quelques années.

Burn out et troubles anxieux : pourquoi touchent-ils davantage les femmes ?

Les statistiques liées à ce phénomène sont unanimes en ce qui concerne les personnes qu’il affecte le plus : les femmes. Découvrez dans notre analyse pourquoi les troubles anxieux et le burn out affectent plus les femmes.

Une charge mentale plus élevée chez les femmes actives

Le concept de « charge mentale » est désormais assez présent dans les discussions concernant les femmes. Il se rapporte à la quantité de choses qu’elles doivent gérer quotidiennement. En effet, en plus d’être des femmes actives, elles doivent assurer dans leur vie personnelle et assument plusieurs rôles.

Il a par exemple été révélé que les femmes en couple s’occupent de 71 % des tâches ménagères et de 65 % des tâches parentales. Elles doivent notamment prendre en charge :

  • Les tâches domestiques ;
  • l’organisation et la préparation des repas ;
  • la logistique scolaire ;
  • les loisirs familiaux ;
  • les rendez-vous médicaux, etc.

Tout ceci est à combiner avec l’emploi du temps professionnel qui est également chronophage. Toutes ces activités qu’elles doivent gérer ne leur laissent le plus souvent que peu ou pas de temps pour souffler et s’occuper d’elles-mêmes.

Une application mobile pour lutter contre le burn out

Il existe sur certains sites internet des tests de personnalité inspirés de questionnaires, et qui permettent de déterminer plus ou moins efficacement le niveau d’épuisement de l’utilisateur. Ceux-ci sont rendus obsolètes par le lancement récent d’une application mobile de test de niveau de burn out. En passant un test selon les symptômes du burn out, beaucoup de femmes seraient surprises des résultats qu’elles obtiendraient. Ce test est basé sur la méthode CBI (Copenhagen Burnout Inventory) et permet grâce à une série de 19 questions d’évaluer le niveau :

  • D’épuisement personnel ;
  • d’épuisement professionnel ;
  • d’épuisement relationnel.

Les scores varient de 0 à 100. En cas de score supérieur à 50, vous êtes considéré comme étant dans une zone rouge. Et vous devez très vite vous reprendre en main pour ne pas sombrer. Vous recevez en même temps que votre résultat, une analyse partielle de votre situation ainsi que des propositions d’accompagnement et de prise en charge personnalisés. Cette application mobile anti-stress est donc un formidable outil afin que les femmes gèrent au mieux leur anxiété quotidienne.

Burn out troubles anxieux appli

La gestion de la charge mentale pour une meilleure santé

Afin d’assurer une meilleure prise en charge des personnes en situation d’épuisement professionnel, il faut pouvoir évaluer leur état. C’est pour cela qu’il existe des tests d’auto-évaluation : le CBI et le MBI (Maslach Burnout Inventory). Ils permettent de déterminer le niveau d’épuisement, l’accomplissement personnel, etc. Loin d’avoir un statut de diagnostic médical, les résultats de ces tests peuvent toutefois contribuer à orienter la personne vers une aide médicale ou psychologique.

Lorsqu’une personne fait un burn out, il est courant qu’elle quitte son travail (arrêt de travail, démission, séjour en maison de repos, etc.). Ceci est particulièrement vérifié lorsqu’il s’agit de femmes, qui préfèrent couper court à tout pour recommencer une nouvelle vie, comme après une rupture amoureuse. Avant d’en arriver là, la mise en place d’un certain nombre d’actions peut permettre de retrouver un style de vie plus équilibré.

La psychothérapie

Elle est indispensable pour accompagner la personne dans le processus de reconstruction identitaire. Elle doit être assurée par un professionnel qui va aider la personne à restructurer son univers. Il peut arriver qu’il faille des séances d’hypnose pour aider le patient (cas de problèmes refoulés ou enfouis).

Les exercices de méditation et de relaxation

Ils sont indiqués, car ils participent à une meilleure gestion du stress et de l’anxiété. Effectuer régulièrement des exercices de respiration et de méditation permet de se recentrer sur soi-même. Cela entraîne une plus grande maîtrise de vos ressources intérieures et de vos limites. La sophrologie peut aider, de même que plusieurs autres thérapies douces ou créatives.

L’activité physique

Cet aspect est fortement recommandé pour retrouver une bonne hygiène de vie. Pratiquer régulièrement du sport permet de réduire le stress et ses symptômes. Le patient est libre de choisir le sport qui lui convient le plus. En plus du sport, il faut privilégier une alimentation plus saine et équilibrée, et supprimer la prise d’excitants.

Il est aussi important de travailler sur l’amélioration de l’humeur. Avec les exercices de la méthode Coué ou ceux de psychologie positive, le patient apprendra par exemple à plus se focaliser sur les instants de bonheur en prenant du temps pour soi, en se faisant des cadeaux ou encore des compliments. Dans le cadre professionnel, il faut enfin penser à réguler les horaires et la charge de travail.

Les femmes actives, pas les seules touchées par le burn out

Il ne faut pas croire que seules les femmes actives sont surchargées émotionnellement et physiquement. Les femmes au foyer sont également victimes de cette surcharge psychique puisque, contrairement à celles qui pratiquent leur métier, elles n’ont aucune excuse pour les tâches domestiques ou familiales non accomplies. Les hommes considèrent que c’est leur devoir, et ils voient rarement la charge de travail cachée dans la tenue correcte d’une maison.

Dans ce contexte, elles se mettent plus de pression, pour avoir la maison la plus propre, des repas toujours faits maison, bref un intérieur et une vie « parfaits ». La psychiatre Aurélia Schneider indique à ce titre que : « le concept de femme surmenée est un pléonasme, si on considère un couple hétérosexuel ayant des enfants, car la femme doit penser à tout ce à quoi l’homme ne pensera jamais ou rarement. ».

La situation est aussi difficile dans les familles monoparentales où la femme doit prendre sur elle pour assumer les deux rôles (père et mère). Il est attendu d’elle qu’elle fasse des efforts supplémentaires à tous les niveaux. L’analyse et le recoupement de nombreuses données permettent de dire que les femmes sont plus fragiles à certaines périodes de leur vie, comme la grossesse, l’accouchement ou encore la ménopause.

Les femmes verbalisent enfin plus facilement leurs états d’âme. C’est donc sur cette base que la plupart des études sont réalisées. Les hommes préfèrent éviter de s’exposer, même lorsqu’ils ressentent les symptômes de l’anxiété.

Burn out : des symptômes insidieux et évolutifs

Si l’effondrement lié au burn out peut intervenir à tout moment, il faut savoir que les symptômes apparaissent bien longtemps avant. Seulement, il est difficile de les reconnaître pour ce qu’ils sont réellement.

Au départ, les personnes affectées sont enclines à se laisser totalement obnubiler par leurs activités. Ce n’est que par ces dernières qu’elles se sentent épanouies, avec le sentiment de pouvoir toujours en faire plus. Concilier tous les rôles semble simple. Progressivement, l’anxiété va s’installer et s’aggraver du fait de l’impression d’avoir atteint ses limites et la peur de ne plus être assez efficace pour tout gérer à la fois.

L’anxiété est souvent cachée derrière le déploiement du peu d’énergie restant pour satisfaire l’entourage et réaliser davantage de choses. Entre temps, des symptômes tels que les troubles du sommeil, des crises d’angoisse, troubles de l’alimentation (effet yo-yo du poids) ou encore une réduction de la libido vont apparaître.

Lorsque le point de non-retour est atteint, la personne se sent vidée, avec la seule envie de dormir indéfiniment. Ni le travail ni la famille n’ont plus aucune importance. Que la maison croule sous les ordures ou que la productivité professionnelle ait baissé est désormais secondaire. À ce stade, le burn out est avéré. Il est toutefois possible de reprendre la situation en main bien avant que les choses aillent aussi loin. Pour ce faire, on peut se faire aider de professionnels ou tout simplement utiliser des applications afin de connaître son état d’épuisement et y remédier à travers des exercices de méditation ou de relaxation. Cela permettra aux femmes de mieux gérer leur stress quotidien.