Recta Linea – Petit traité d’humanité martiniquaise par Emmanuel de Reynal

Recta Linea – Petit traité d’humanité martiniquaise par Emmanuel de Reynal

Gabriel a 58 ans. Un matin où il fouille dans de vieux cartons, il entend un petit bruit à sa porte. Lorsqu’il s’y rend, il n’y a personne. Mais il trouve une enveloppe à son nom. Cette lettre sera suivie par beaucoup d’autres. Elles lui racontent son histoire. L’auteur Emmanuel de Reynal a choisi sa terre natale, la Martinique, pour poser son intrigue qui mêle secrets de famille et introspection.

Suite à une altercation avec un invité dans la Ferme de sa fille Jade, où il aidait à tenir les tables d’hôtes, Gabriel, 58 ans, décide de retourner vivre un temps dans son ancienne maison de peur de nuire au commerce. Il se plonge alors dans de vieux cartons remplis des souvenirs de ses parents décédés. Il y trouve d’anciens albums photos et quelques lettres. Un matin, il entend un petit bruit à sa porte. En l’ouvrant, il ne voit personne mais trouve une enveloppe par terre, avec son nom inscrit dessus.

En l’ouvrant, il y découvre une lettre étrange : une lettre qui parle de la naissance d’un nouveau-né. Et la lettre est signée « ta marraine », pourtant il n’en a jamais eu. Le lendemain, il trouve une deuxième lettre, cette fois-ci dans sa boîte aux lettres. Celle-ci parle des origines de la Terre et des planètes. Ce sera ainsi jour après jour. Mais au fur et à mesure, les lettres seront plus intrusives, plus personnelles. La personne qui les écrit semble connaître Gabriel par cœur. Il décide donc de mener son enquête pour découvrir qui c’est, et la raison de ces lettres.

C’est dans le décor de la Martinique, où il est né, que l’auteur Emmanuel de Reynal a décidé de raconter l’histoire de Gabriel. Comme lui, son personnage est né à Fort-de-France, et comme lui, il est très investi dans la vie de sa ville. C’est d’ailleurs en rentrant d’une réunion du conseil municipal qui s’est éternisée que Gabriel découvre un jour l’une des lettres.

Difficile de ne pas se rendre compte de tout l’attachement que l’auteur porte à cette île au vu des descriptions du décor très précises qui viennent s’ajouter à tous ces éléments. La belle Mer turquoise des Caraïbes, les plantations de bananes et les champs de goyaves, les paysages vallonnés… on s’y croirait presque. Et les lettres, en plus de révéler le passé de Gabriel, nous permettent de découvrir l’histoire de la Martinique. C’est une véritable découverte, géographique et historique, que nous offre l’auteur.

L’intrigue n’en est pas pour autant ralentie. Au contraire même. Car au fur et à mesure des lettres, on découvre que l’histoire de Gabriel fait partie d’un tout, celui de la Martinique, et que l’histoire de l’île fait elle-même partie d’un tout, celui de la planète et de l’humanité tout entière. On attend avec beaucoup d’impatience chacune des lettres qui se trouvent en début de chapitre pour découvrir le message complet de la « marraine » afin de comprendre où elle veut en venir. Et on suit avec beaucoup d’intérêt Gabriel qui fait ses recherches, en questionnant les habitants qui ont connu ses parents, pour découvrir qui est cette mystérieuse marraine.

L’auteur sait nous tenir en haleine, en nous dévoilant les choses petit à petit, sans trop nous faire languir non plus. L’avantage sur ce point est que le récit est très court, il se lit vite. Nous n’avons donc pas le temps de nous impatienter. Et le tout se fait dans un merveilleux décor : la Martinique. À cela s’ajoute une écriture fluide et facile à lire. Un excellent moment de lecture !

Acheter le livre : Fnac / Amazon