LOIN DU COEUR – L’interview exclusive de Stéphane Bourles !

LOIN DU COEUR – L’interview exclusive de Stéphane Bourles !

À l’occasion de la sortie du livre Loin du cœur, un recueil de 21 nouvelles sur le thème des violences faites aux femmes, nous sommes partis à la rencontre de Stéphane Bourles, l’initiateur du projet avec le soutient de la maison d’édition Beta Publisher & l’association Solidarité femmes.

Pouvez-vous vous présenter et nous raconter votre parcours en tant qu’auteur ?

Je suis Stéphane Bourles, j’ai toujours aimé lire et j’ai toujours eu des histoires dans ma tête, mais sans pour autant oser franchir le pas. Un jour, ma femme m’a convaincu de mettre par écrit ce que j’avais en tête, elle a trouvé que c’était très bien et elle m’a encouragé alors a envoyé ça à un éditeur, puis c’est parti comme ça.

Votre livre s’appelle « Loin du Coeur », pourquoi ce titre ?

Pour le coup le titre du livre, ce n’est pas moi qui l’ai choisi, c’est plutôt Camille de Decker, mon éditrice et fondatrice de Beta publisher qui a bûché dessus. En général, les victimes de violences conjugales sont des personnes qui sont en couple, elles sont donc attachées à leur bourreau, ainsi l’éloignement est quelque chose de très dur à concrétiser parce que cela se fait dans le cœur.

Pourriez-vous nous en dire un peu plus à propos de votre recueil ?

Alors, il y a une vingtaine de nouvelles d’auteurs très différents, on a reçu quelque chose comme cent cinquante textes, lorsqu’on a fait l’appel à concours. Donc, on a essayé de choisir des textes variés parce qu’il s’est passé quelque chose d’assez étonnant, c’est qu’en lisant les nouvelles qu’on nous a envoyées, personnellement, cela me mettait la nausée.

Je n’arrivais plus à les lire, il y en a que je lisais à la diagonale, je n’en pouvais plus parce que c’était des textes durs et souvent très réalistes, parfois exagérés. Par conséquent, on a essayé de ne pas y mettre que des descriptions de violences, car à la longue, c’est écoeurant et on se sent mal. On a essayé de faire quelque chose d’équilibré avec différents points de vue et différentes formes de violences.

Qu’est-ce qui vous a poussé à rédiger un recueil sur la violence conjugale ?

Les violences contre les femmes, c’est un sujet qui a toujours été très personnel parce que dans mes proches, il y a eu pas mal de cas, ça m’a forcément touché. C’est quelque chose qui, sans le vouloir, je l’avais déjà inséré dans mes romans historiques, alors que ce n’est pas vraiment l’endroit pour faire un plaidoyer.

Loin du cœur, un livre disponible aux éditions beta publisher.

Donc, voilà, je voulais faire un petit concours de nouvelles, j’ai écrit mon texte et après, je me suis dit pourquoi ne pas en faire un recueil de plusieurs témoignages et de récits parce que le but, c’est aussi d’informer. Le format de nouvelle est intéressant, notamment pour les jeunes qui ne lisent pas forcément de grands livres. Ce que j’aimerais, c’est que les professeurs prennent une nouvelle est en parle en classe, ça serait facile à lire, ça serait informatif et pédagogique.

Quelles difficultés avez-vous rencontrées pendant l’écriture de ce livre ? Comment les avez-vous surmontées ?

Quand j’ai fait l’appel à concours, je me suis fait insulter par des femmes et non par des hommes. Plusieurs femmes ont essayé de me faire renoncer à mon projet jusqu’à me harceler sur les réseaux sociaux. Il a fallu que je quitte certains groupes Facebook parce qu’elles étaient vraiment insultantes.

Il y a même une femme qui m’a dit que si j’arrêtais ce projet, ça ferait avancer la cause des femmes dans le monde, je n’ai pas compris. Comment fait-on ? On continue sa route, on n’argumente pas, car on perd son temps, on n’arrivera pas à convaincre. On ignore, on continue et on trouve d’autres personnes qui sont sensées.

Pourriez-vous nous expliquer comment s’est déroulé le processus de témoignage ?

C’est fictif, je n’aurais pas pu faire du témoignage, parce que je ne suis pas une femme et les violences que j’ai connues ne m’appartiennent pas. Je ne pouvais pas donner des données ou parler de personnes qui se reconnaîtraient. On a eu très peu de témoignages à proprement parler, mais dans le recueil, on en a deux qui sont vrais, peut-être plus, après que je ne sais pas. Ce n’est pas évident de mettre du témoignage, on arrive, tout de suite, dans quelque chose de plus lourd, une vingtaine de nouvelles avec que du témoignage pur ça serait trop lourd.

Quel message voudriez-vous transmettre à toutes les femmes qui subissent des violences conjugales ?

Mettez-vous en sécurité ! Bon, il y a des hommes qui peuvent avoir des gestes, le regretter et arrêter, certains peuvent changer, mais il y en a beaucoup qui ne changeront jamais. Les femmes que j’ai connues, ce sont des hommes qui n’ont jamais changé, qui n’ont jamais admis, qui ne se sont jamais excusés.

Donc, la seule chose à faire, c’est de fuir parce qu’avec les années, la violence augmente, le danger augmente et il y en a même qui y laissent leur vie. En parler oui, mais c’est dur, je pense d’en parler ; par exemple dans le recueil, il y a un témoignage d’une femme qui est allé au commissariat de police et la nouvelle, c’est son rendez-vous au commissariat, face à elle, elle a une policière et elle s’est fait mépriser. Ce n’est pas facile d’en parler.

Pour finir, un dernier mot pour vos futurs lecteurs et lectrices ?

La violence conjuguale est un sujet de société depuis des milliers d’années, ce que l’on voit dans l’actualité ou dans les émissions malheureusement, c’est parfois tellement féministe que ça en est anti-masculin. C’est dommage parce que tous les hommes ont un sentiment de rejet et ne vont pas écouter jusqu’au bout, c’est instinctif, si on nous rejette. Là, ce sont beaucoup de fictions, c’est facile à lire, ça ne stigmatise pas les hommes, ce n’est pas ce que j’ai voulu faire, c’est juste éducatif dans le bon sens du terme.

Acheter l’ouvrage : Beta Publisher | Loin du Coeur | – Recueil de Nouvelles – | Roman

Broché : 12€

191 pages

ISBN : 978-2-490-16371-7