Emmanuel Macron : Lors de sa visite en Polynésie française, il assume sans demander pardon !

Le président de la république Emmanuel Macron, s’est rendu en Polynésie française dans les derniers jours du mois de juillet. Au cours de sa visite, Emmanuel Macron a fait montre de franchise, reconnaissant la dette de la France dans les essais nucléaires, durant la période 1966 et 1996.

Emmanuel Macron : Lors de sa visite en Polynésie française, il assume sans demander pardon !

Arrivé en Polynésie le 27 juillet, ce territoire d’outre-mer français, pour rappeler l’attachement entre la Polynésie avec la métropole. Emmanuel Macron a vite chassé l’ombre des inquiétudes qui ont longtemps crispé les relations entre les peuples de Polynésie et les différents gouvernements qui se sont succédés, dans le temps.

Emmanuel Macron reconnaît une dette à la Polynésie française

En effet, la France avait des comptes à rendre à cette partie de son corps territorial, à une certaine époque de cette vie contemporaine. La Polynésie fut choisie comme un champ d’essai nucléaire, une véritable catastrophe pour les familles, les conséquences radioactives sont encore visibles.

Emmanuel Macron, après avoir fait une partie de sa visite, il a tenu à faire une déclaration solennelle. Dans son discours adressé au peuple de Polynésie, le chef de l’Etat dit reconnaître la dette de la France dans ce qui s’est passé entre 1966 et 1996. Près de 193 essais nucléaires, sur les atolls de Moruroa et Fangataufa. Emmanuel Macron : « Je veux ici vous dire que la nation a une dette à l’égard de la Polynésie française. J’assume, et je veux la vérité et la transparence avec vous »

En revanche, cette déclaration ou encore cet aveu, n’a pas totalement satisfait les militants de l’environnement et les personnalités de l’opposition. Selon ces derniers, Emmanuel Macron devait tout simplement demander pardon au peuple de Polynésie. Un peuple qui a tant souffert, ne pouvant plus profiter totalement de son territoire du fait des conséquences radioactives.

Macron s’est limité à reconnaître la “dette” de la France. Mais ne demande pas pardon, une démarche qu’il a déjà eu avec le génocide commis au Rwanda. Emmanuel Macron lors de sa visite à Kigali cette année, reconnaissait la faute et l’implication du gouvernement français au moment des faits. 

Une visite du président dans une ambiance festive 

Le peuple de Polynésie a réservé à Emmanuel Macron un accueil chaleureux, selon ses traditions. Macron a fait la rencontre d’un peuple vivant au milieu d’un réservoir naturel riche et diversifié. La Polynésie française a su  conservé  sa grande richesse, malgré plusieurs menaces.

Emmanuel Macron a été couvert de plusieurs colliers de fleur et de coquillage, signe d’honneur. Les images ont fait le tour des réseaux, la dimension virale a été atteinte. Emmanuel Macron a même été baptisé d’un nom lors de son passage dans les Îles Marquises, “Te Hakaiki Taha’oa”.

La signification de ce patronyme marquisien voudrait simplement dire, selon la traduction : “le grand chef qui marche et qui va loin”. Quelques images de son séjour montrent Emmanuel Macron au milieu des familles, en train d’assister à des parties de danses, une exposition culturelle qui ne l’a pas laissé insensible. Macron en bien profité de ses vacances dans l’océan pacifique.