La crise du coronavirus ramène-t-elle les femmes aux années 1950 ?


0

Les recherches montrent déjà que les femmes sont touchées de manière disproportionnée par les retombées économiques de la pandémie COVID-19.

Après quelques mois passés à jongler avec le travail et à s’occuper de deux enfants d’âge scolaire, une femme cadre financier basée à Dublin a réduit ses ambitions à un seul point : « Juste la survie ».

« C’est la période la plus difficile pour une mère qui travaille », écrit-elle, répondant à un appel demandant aux femmes de partager leurs expériences sur la façon dont la pandémie affecte leur carrière.

L’attraction dans les deux sens entre le travail et la maison est exacerbée par le manque de gardiennes d’enfants et d’une femme de ménage. Elle décrit son sentiment de ne pas être soutenue par ses collègues seniors qui ont un partenaire au foyer.

Le mot « compréhension » ne fait pas partie de la finance », dit-elle, ajoutant que si « les lois sont toutes là, magnifiquement écrites« , la réalité est que « le travail doit être fait et selon les mêmes normes – point final« .

Son mari subit les mêmes pressions, mais lorsqu’il amène leurs enfants à un appel vidéo, il est jugé adorable. Il n’y a aucune chance qu’elle fasse la même chose. « Suicide professionnel ».

Lorsque nous nous retrouvons quelques semaines plus tard, elle dit que les choses se sont « calmées » – mais elle se sent toujours désavantagée.

Son expérience, partagée par d’autres femmes qui ont contacté le CE, est loin d’être le lieu de travail inclusif que de nombreux employeurs disent aspirer à devenir. Avant la pandémie, les femmes avaient bénéficié d’efforts de longue date pour accroître leur représentation aux niveaux intermédiaire et supérieur.

Les statistiques et les recherches empiriques suggèrent déjà que les femmes sont touchées de manière disproportionnée par les retombées économiques de la pandémie. Les secteurs qui emploient un grand nombre de femmes ont été durement touchés, notamment l’hôtellerie et les loisirs, qui ont représenté 7,7 millions des 20,5 millions d’emplois perdus aux États-Unis en avril, lorsque la pandémie a fait le plus de ravages sur l’emploi, selon les données du Bureau américain des statistiques du travail.

L’expérience en Irlande est la même, la fermeture frappant ces secteurs de manière disproportionnée.

Amplifier l’inégalité

Allyson Zimmermann, directrice exécutive de Catalyst Europe, une organisation à but non lucratif qui défend les femmes au travail, affirme que la pandémie « amplifie les inégalités ». Les recherches de Catalyst aux États-Unis ont montré qu’un emploi sur trois occupé par des femmes est considéré comme essentiel, soit une proportion plus élevée que pour les hommes, et que les femmes de couleur sont le groupe le plus susceptible d’occuper un emploi essentiel. Ces emplois sont souvent mal payés et sans indemnités de maladie.

Une femme travaillant dans la finance avoue se sentir indulgente pour s’inquiéter de sa carrière lorsqu’elle apporte de la nourriture aux parents de la classe de son fils qui ont perdu leur emploi. Mais ses craintes, et celles des autres, sont aiguës lorsqu’elles envisagent un avenir où l’ambition et les plans de carrière deviennent un fantasme.

Ou, comme le dit un autre travailleur des services financiers, l’après-Covid pourrait-il être un monde « où l’on retourne aux années 50 avec une personne qui s’occupe des enfants et un salarié ?

Beaucoup craignent de nouveaux effets à mesure que la crise se prolonge. Malgré l’impact des manifestations de Black Lives Matter et les déclarations des entreprises en faveur de la diversité et de l’inclusion, les pressions financières pourraient conduire à la mise à l’écart de ces programmes.

Et comme les équipes sont redéployées pour faire face aux changements du marché, les emplois temporaires sont pourvus sans transparence. Un homme observe « un préjugé culturel qui consiste à considérer que le leadership en temps de crise exige des attributs masculins ». C’est absurde, bien sûr, mais il existe un préjugé à l’œuvre qui alimente cette perception ».

Maintenant que certains travailleurs retournent dans les bureaux, on craint une main-d’œuvre à deux vitesses, car ceux qui ont des tâches domestiques risquent de rester très « loin des yeux, loin du cœur ».


Partager avec vos amis

0
Laura Becker

Étudiante en journalisme et rédactrice web en herbe. Passionnée par le reportage que ça soit la télévision, écrit que radio. J'adore rédiger sur l'actu féminine.

0 Comments

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *