La sécurité, la protection et la liberté des femmes sont en jeu en Pologne


0

Nous assistons à la dégradation de l’État de droit, de la démocratie et du bon sens en Pologne par des acteurs ultra-conservateurs et autoritaires uniquement soucieux de garder leur emprise sur le pouvoir.

Mais à quel prix ? Le coût de la vie et de la sécurité des femmes, des minorités, des personnes LGBTI ou de ceux qui n’acceptent tout simplement pas que l’agenda d’extrême droite soit imposé à leur pays.

Prenez, par exemple, le nouveau législatif de mesures COVID-19 qui ne protège pas du tout les citoyens polonais. Ce n’est rien d’autre qu’un cheval de Troie, cachant la véritable intention de ses auteurs de réduire encore la liberté des citoyens polonais. Les femmes polonaises ont reçu un nouveau coup, mettant encore plus en danger leur sécurité reproductive.

En mai déjà, le Parlement polonais a proposé de supprimer l’obligation légale pour les établissements médicaux d’orienter les patientes vers un autre établissement s’ils refusent de fournir des soins en cas d’avortement en raison de leurs croyances personnelles, ce qui pourrait avoir des conséquences dramatiques pour les femmes, qui pourraient ne pas avoir accès aux soins.

Et cette semaine, les femmes sont visées par le nouveau code pénal qui démantèle les systèmes de soutien à ceux qui veulent accéder aux soins en cas d’avortement (et ce dans un pays où l’accès à la contraception et à la contraception d’urgence est très difficile). Grâce à un changement astucieux de la loi, les juges sont maintenant contraints d’infliger de lourdes peines de prison aux personnes qui aident les femmes à obtenir des soins en cas d’avortement, sauf dans les limites les plus étroites autorisées par la loi polonaise extrêmement restrictive.

Le système judiciaire – y compris la Cour constitutionnelle – est déjà rempli de juges qui partagent le programme du parti au pouvoir, mais maintenant, même les plus progressistes seront liés par cette loi cruelle sur l’avortement.

Les répercussions vont bien au-delà du simple fait de lier les mains des juges. Les médecins qui fournissent des soins et les groupes de solidarité qui aident les femmes à travers les frontières à accéder à un avortement sûr ont été traduits en justice et harcelés ces dernières années. Aujourd’hui, la peine peut être beaucoup plus sévère.

En plus de forcer les femmes à vivre une grossesse contre leur volonté, le gouvernement polonais rejette également les cadres qui les protégeraient contre la violence, comme la Convention d’Istanbul. L’Union européenne a signé la Convention en juin 2017 et encourage activement sa ratification par ses États membres.

Le discours politique en Pologne va à l’encontre des valeurs européennes de protection des femmes et des plus vulnérables. Au lieu de cela, les acteurs coercitifs déforment l’histoire pour servir leurs propres objectifs liés au pouvoir et au contrôle.

Le tableau qui est brossé est sombre. La sécurité, la protection et la liberté des femmes sont en jeu alors que leurs systèmes de soutien sont démantelés par des attaques incessantes. Les femmes seront complètement abandonnées par l’État, sans filet de sécurité, seules et incapables de demander de l’aide. Car qui reste-t-il pour les aider ? Les juges partiaux ou ceux qui sont bâillonnés par la loi, les médecins qui craignent les poursuites, les journalistes et les enseignants réduits au silence, les défenseurs des droits de l’homme persécutés ?

La guerre contre les femmes n’est pas le seul point préoccupant. Les changements dans ce soi-disant paquet de mesures contre COVID-19 comprennent également des sanctions pour offense au président, des petits vols et des erreurs médicales involontaires.

Cette série de nouvelles grèves contre l’État de droit vient compléter les efforts précédents visant à interdire complètement les soins en cas d’avortement, les campagnes de haine contre la communauté LGBTI+ et le rejet du consensus européen sur l’égalité des sexes et la protection des minorités contre la discrimination.

Si les choses continuent sur cette voie, la Pologne sera méconnaissable par rapport aux autres pays de l’UE.


Partager avec vos amis

0
Zoubida Cristel

Je suis quelqu'un d'un peu spéciale. Je crois en l'amour libre, et aussi l'égalité homme-femme.

0 Comments

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *